Pourquoi un psychoblog ?

Dur, dur de comprendre comment fonctionne WordPress… et pourtant me voilà à mon premier article ! – après plusieurs jours de galère ^^ Pourquoi me faire violence me direz-vous ? Pour faire un psychoblog !!!

Le point de départ

Cela fait un moment que je constate que franchir l’étape du « Je téléphone pour prendre rendez-vous auprès d’un psychologue », qui succède généralement à « Il me faut un coup de pouce », est bien souvent fragilisée par de nombreuses idées erronées et un manque d’informations accessibles aux jeunes ou à leurs familles.

Et, quel média utilisons-nous bien souvent ? Nous demandons à Google ou YouTube. Trop difficile et chronophage (pour l’heure) de créer des vidéos dignes de ce nom – je passe au plan B : un psychoblog !

Avant de me lancer, j’ai évidemment fait moi-même un tour sur le net. Mon constat : très peu de psychoblogs pour les jeunes correctement alimentés. Il y a plus qu’à y aller Coralie !

Des bases à connaître pour mieux s’orienter

La route est longue avant de franchir le seuil du cabinet du psychologue.

Non pas que mon cabinet ne soit pas accessible facilement – il est tout de même installé près du métro, d’un abri de bus et d’une station v’lille !

Je parle plutôt des « Qui appeler? » ou des « Quelle est la différence entre psychologue, psychanalyste, psychothérapeute et psychiatre? », et des classiques « Que choisir : un psy d’orientation TCC, neuropsy, clinicien, intégratif, EMDR…? ». Des articles sur le sujet sont prévus, mais une chose à la fois !

Dédramatiser le passage chez le psy

Pour certaines personnes mal informées, aller chez un psy est inutile, voir dégradant. L’idée de ce psychoblog est aussi d’expliciter certaines techniques ou théories riches et favoriser la promotion de la psychologie.

Prévenir les troubles psychologiques et neuropsychologiques

Une des missions importante des psychologues – l’information – s’exerce au quotidien. Les rencontres avec les familles, les échanges avec les professionnels, les entretiens avec les jeunes… nous amènent à proposer des explications, à donner des pistes d’évolution ou à favoriser la connaissance des signes d’appel et bien plus.

Mais avec internet, on peut tout simplement viser plus large !

S’informer sur son propre fonctionnement

Beaucoup de jeunes adultes que je reçois trouvent sur internet pas mal d’informations et d’idées pour avancer. Néanmoins, bon nombres des informations sont essentiellement adaptées aux adultes – rien ou pas grand chose pour les enfants et les adolescents.

Bref, mon blog s’adresse évidement notamment aux parents, mais surtout aux jeunes. Ainsi, pas besoin de me fatiguer concernant mon style ou les multiples coquilles qui doivent se glisser ici et là !

Revenir sur certains éléments après la consultation

Je regrette souvent après la consultation de ne pas avoir quelques sites à conseiller sur tel ou telle thématique, histoire de repartir avec une piqure de rappel. J’ai quelques fiches que j’imprime suivant les besoins, mais un contenu disponible n’importe quand serait bien plus pratique qu’une feuille que beaucoup perdent …

S’il n’est pas question d’inonder le psychoblog de ressources en vrac, il serait effectivement plus pratique pour tout le monde de mettre certaines fiche en accès sur le site. C’est aussi dans ce sens que je le démarre.

Des ressources en partage

Je constate souvent que certains parents sont amenés à créer eux-même leurs pictogrammes ou calendrier des comportements – cela est chronophage, alors que certaines ressources sont déjà disponibles sur certains blogs, mais souvent éparpillées. Aussi, j’ai déjà certains matériels prêts à imprimer. Alors, pourquoi ne pas ranger tout ça au même endroit sur le net pour faciliter l’accès à ces ressources aux familles ou aux jeunes ?

De même, je conseille régulièrement l’achat ou la réalisation de certains jeux pour stimuler certaines habiletés tout en s’amusant : plus besoin d’en donner la liste, bientôt je dirai « aller voir sur mon blog ».

Trouver plus facilement ce qui se fait sur le secteur

Je démarre cette année avec Christine Tisset, déléguée de l’association G22, un groupe de parole de parents pour les membres de Génération22. Si ici l’information circule facilement grâce à Christine Tisset qui est très active, j’ai souvent des demandes de groupe de parole, sur d’autres hématiques, mais pas la même force de communication pourtant nécessaire aux personnes pour trouver sur le net ce type de dispositif… en tout cas pas encore, puisque j’y travaille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *